Connectez-vous S'inscrire
Le Jardin Ethnobotanique - plantes & graines rares, encens, thés tisanes , médicinales,

Plantes cultivées sans pesticide, fongicide ou insecticide :)

Plantes cultivées sans pesticide, fongicide ou insecticide :)

Le jardin ethnobotanique

Sauge officinale - Graines

Salvia officinalis


Rédigé le Mercredi 4 Septembre 2013 à 13:31 | Lu 773 fois | 0 commentaire(s)



Sauge officinale - Graines
La sauge officinale (Salvia officinalis) est un sous-arbrisseau de la famille des Lamiacées, souvent cultivé dans les jardins comme plante condimentaire et officinale ou tout simplement pour la beauté de son feuillage et de ses fleurs. On l'appelle aussi herbe sacrée ou thé d'Europe. La Sauge, Salvia officinalis, est aussi appelée Sauge de Grèce, Herbe sacrée, Grande Sauge, Thé de Grèce, Thé de France, Thé d'Europe, Salel, Sauge Franche, Thé sacré. (anglais : sage)

La racine de la sauge est brunâtre et fibreuse. La tige mesure de 20 à 30 centimètres et est très rameuse. Les feuilles, opposées, elliptiques, inférieures pétiolées, rugueuses, à bord dentelé, réticulées, molles, à dessus blanchâtre, persistent l'hiver grâce au revêtement de poils laineux qui les protège. Les fleurs, généralement bleues mais parfois roses, sont visibles de mai à août. Elles sont plutôt grandes, groupées à la base des feuilles supérieures. Commune en Europe, plus spécialement dans les régions méridionales, elle est cependant rare à l'état sauvage. Elle atteint une hauteur de l'ordre d'un mètre. Salvia du latin salvare : guérir, sauver. La sauge a la réputation d'être la plante guérisseuse par excellence.
"Qui a de la sauge dans son jardin, n'a pas besoin d'un médecin" (dicton provençal)

Propriétés : Fébrifuge, antispasmodique, emménagogue, apéritive, tonique, stimulante du système nerveux, digestive, antisudorifique, aphrodisiaque, Anticholestérol. Antiseptique (anti viral, antibactérien), antiphlogistique (contre l'inflammation), anti-oxydant , anti diaphorétique (contre la transpiration), cholérétique, astringente, diurétique léger, laxative, Stimule la mémoire, énergétique
Constituants : Riche en oestrogènes (hormones féminines), huile essentielle (cinéole, thuyone, camphre) , flavonoïdes, tanins, principes amers, diterpènes et triterpènes, camphre, salvène, composés phénoliques : (dont l'acide rosmarinique)
Indications : Asthme (fumer les feuilles ou boire l'infusion), L’infusion prise un mois avant l’accouchement en réduit les douleurs, faire infuser de la sauge dans du lait passe le rhume, faire une infusion froide contre la diarrhée des nourrissons, active la circulation, bonne pour le coeur, convalescence, surmenage, dépression, règles (douleurs et irrégularités),ménopause (les bouffées de chaleur) , stimule l'estomac, empêche la putréfaction de la viande, calme les inflammations des muqueuses de la bouche, du nez et de la gorge ainsi que les infections des voies respiratoires. Contre l'herpès labial. Régule une transpiration excessive. Varices, hémorroïdes, anévrismes veineux.Cholestérol. le rhume, la fièvre, les refroidissements, enrouement, les verrues, enraye la montée de lait, les vertiges, les tremblements et les états d'anxiété, pour laver les plaies et les ulcères, contre les névralgies dentaires.
Partie utilisée : les feuilles. Les feuilles doivent sécher à moins de 35°, elles sont récoltées au printemps et à l'automne.
Infusion : 20g/ litre, trois tasses par jour, infusion 10 minutes.
Décoction : 15g/1l , bouillir 5min, (gargarismes : maux de gorge angines), (bains de bouche : ulcération, inflammation). « la sauge redonne la parole à celui qui l’a perdue » Huile essentielle : 2 à 4 gouttes, trois fois par jour, avec du miel ou sur une cuillerée à café
de sucre.
Teinture : laisser macérer 10 jours 20 g de feuilles sèches / 80 g d'alcool . Prendre 30-40 gouttes, trois ou quatre fois par jour.
Vin de sauge : macérer dix jours 80/100g de feuilles fraîches dans 1 litre de vin blanc, miel (bronchites, sueurs, vertiges)
Autre recette (fortifiant, contre surmenage, convalescence, douleurs dentaires) 100 g de sauge, 1 litre de vin de banyuls, muscat ou samos, faire macérer 8 jours dans un récipient fermer et filtrer.
Brulée, elle purifie l'air compresses : (eczéma, dartres, boutons, plaies) 100g/1l.
Avec du rhum en proportions égales, friction du cuir chevelu
Froisser les feuilles fraîches sur des piqûres d'insectes.
Onguent : 5 poignées de feuilles + 500g de saindoux ou beurre, bouillir à feu doux : fortifie les nerfs , assouplit les articulations, rhumatismes, goutte, sciatique, douleurs musculaires.

b[Attention! il existe des précautions et des contre-indications, dues à la présence de thuyone dans les
constituants de la sauge officinale! L'Huile Essentielle de sauge peut contenir jusqu'à 50 % de Thuyone
qui peut se révéler épileptisante et neurotoxique, même à faibles doses. Il convient donc d'utiliser l'HE
avec prudence.
]b
*L'utilisation de la sauge est à proscrire au cours de l'allaitement car elle fait tarir la lactation, Pendant la
grossesse il convient d'utliser la sauge avec un suivi médical, Interdit aux enfants de moins de huit ans (en
prise prolongée).

Anecdotes sur la Sauge officinale Salvia officinalis

↝ La légende veut que Jupiter fût élevé par la chèvre Amalthéa sur le mont Ida entouré par des buissons de sauges. Cette sauge aurait conférée au lait de la chèvre dont se nourrissait le dieu des pouvoirs divins et extraordinaires d’où le nom devenu commun « d’herba sacra”.
Selon Ovide c'est une naïade, à qui Jupiter est confié encore enfant par Rhéa, sa mère. Elle prend soin du jeune dieu en le nourrissant grâce au lait d'une chèvre ; cette dernière cassant un jour une de ses cornes, elle la ramassa, l'entoura d'herbes fraîches, et la remplit de fruits, puis la présenta ainsi aux lèvres de Jupiter. C'est ainsi que serait née la corne d'abondance.
↝ RITUEL DE LA RÉCOLTE: La personne désigné pour aller cueillir la sauge faisait préalablement un sacrifice de pain et de vin puis se revêtait d’une tunique blanche et allait les pieds nus et propres.
Il fallait (et il faut toujours) éviter d’utiliser des outils en fer parce que les composants et les sels de fer sont incompatibles avec les essences de la sauge.
↝ Cette plante sacrée était une plante de purification….brulée sur les autels des dieux….pour leur envoyer des messages et pour nettoyer l’espace rituel de toutes les forces maléfiques.
Les préparations à base de sauge (pour la consommation… les libations (rituel religieux présentant une boisson en offrande pour un dieu)…et les sacrifices étaient souvent réalisées avec de l’hydromel (boisson sacrée) qui augmente encore les pouvoirs de la
plante.
↝ ELLE EST AUSSI LE SYMBOLE DES VERTUS DOMESTIQUES ET EST ATTRIBUÉE AUX PENATES
↝ Divinités étrusques puis romaines, la plupart du temps en paires, chargées de la garde du foyer et de la famille. Plus spécialement du foyer (cuisine et cuisson) et du garde manger (utilisation de la sauge). Chaque famille choisissait deux pénates (parmi les grands dieux ou les grands personnages déifiés). Un pour la nourriture et l’autre pour les boissons. Ils étaient toujours invoqués ensemble. On utilisait pour les vénérer ou les remercier des feuilles de sauge que l’on brûlait.
↝ Dans chaque habitation romaine on réservait un petit autel ou plus largement un laraire pour leur culte.
↝ Les pénates sont attachés à la famille et la suivent dans ses déplacements.
↝ La sauge était aussi utilisée pour honorer la déesse Vesta (déesse du feu et du foyer) brûlée sur les autels ou en confectionnant des couronnes pour les vestales. Ses feuilles et fleurs étaient jetées sur le peuple pendant les processions.

CROYANCES: La sauge était entourée de beaucoup de croyances chez les gens du peuple :
↝ pour accroître la longévité ou apporter l’immortalité….consommer de la sauge
pendant le mois de mai.
↝ dormir avec un oreiller rempli de sauge encourage les rêves prophétiques.
↝ ne jamais planter soi même de la sauge dans son jardin car cela apporte mauvaise fortune…..il faut le faire faire par quelqu’un de sa famille ou par un ami proche.
↝ porter de la sauge dans un petit sac en lin sur soi apporte sagesse et sérénité.

CUISINE : La sauge est un des premiers condiments avant l’arrivée des épices. Les Romains mâchaient des feuilles de sauge confites dans le vinaigre et en ajoutaient dans les salades……les feuilles de sauge aromatisaient les bières ; parfumaient le vin avec le genièvre et le romarin.
↝ La sauge ne supporte pas la friture ni l’ébullition….il faut l’ajouter au dernier moment dans les potages ou les préparations.
↝ La sauge doit être utilisée seule et ne supporte pas la concurrence d’autres herbes….
↝ Parfaite pour parfumer les viandes blanches en particulier le porc. Les romains adoraient l’oie rôtie, bourrée de sauge sans parler du cochon de lait à la broche, du canard farci à la sauge ou des petits oiseaux ainsi parfumés…… ainsi que pour préparer une sauce excellente avec les viandes ( purée d’oignons cuite+sauge+miel+baies de sureau).
La sauge était souvent associée aux fèves et aux châtaignes (cuitent ensemble la sauge permettait de mieux les digérer et d’éliminer les flatulences).

Achat et liens utiles sur la Sauge officinale / Salvia officinalis







Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 26 Janvier 2014 - 14:30 Calea zacatechichi graines


Partager ce site
Facebook
Inscription à la newsletter



ranktrackr.net